Intro
Intro
Le château
Photo
Le parc
L'ile
La vie à Ligones
La révolution
La destruction...
La terre ou seigneurie de Ligones est située à la lisière Est de la Limagne, à deux kilomètres au nord-Ouest de la ville de Lezoux, en basse Auvergne, non loin du terroir où des fouilles archéologiques ont révélé l'existence du plus grand centre connu de fabrication de céramiques de la Gaule Romaine.

Le fief de Ligones a appartenu aux familles de Ligones, Aycelin de la Rivière, du Croc, de Torsac. En 1560 il appartenait à Marguerite de Valois, et en 1606 au dauphin Louis XIII, puis passa à un membre de l'opulente famille clermontoise: les Ribeyre. Ce fut Jean Ribeyre de Fontenilles, seigneur de Lezoux (depuis 1661), conseillé du Roy, demeurant ordinairement au château de Ligones, qui vendit le château et la terre de Ligones par acte notarié le 16 mars de l'an 1683 à Claude de Chazerat, ingénieur ordinaire du Roy.

On arrive au château de Ligones par une avenue d'environ 1500 mètres, bordée d'une quadruple rangée de peupliers. A l'entrée du parc, fermé par une porte et une grille en fer, sont placés systématiquement deux pavillons à deux étages.

A l'entrée du parc, on trouve, en face, une grande pièce d'eau , en forme de trèfle, du milieu de laquelle sort une gerbe à plusieurs jets et par delà cette pièce d'eau, au plus bas de l'amphithéâtre, un parterre de fleurs au fond duquel est un rocher qui renferme une grotte pratiquée au dessous d'une demi-lune, qui est au-devant de l'entrée de la cour principale.

On voit, de l'entrée du parc et de la plus grande partie de l'avenue, sortir de la grotte une nappe d'eau très abondante pour nourrir une seconde nappe qui sort de la bouche d'un dauphin au pied d'une statue de Neptune, en tombant dans un premier bassin, ensuite dans un second et de là va se jeter dans la grande pièce d'eau à l'entrée du parc.

De l'avenue, près de l'entrée, se présente un curieux point de vue qu'on ne peut se passer de remarquer: le glacis des deux allées conduisant à la demi-lune forme un amphithéâtre par dessus lequel on voit dans le fond de la cour le château qui paraît « suspendu en l'air comme un ballon au moment du départ » et le sommet des arbres du parc qui forme le fond du tableau produit un effet qui surprend agréablement par la nouveauté. De la demi-lune on entre dans la cour d'honneur du château. Cette cour, qui est en terrasse, est fermée du côté de l'entrée par un portail et une grille de fer, aux extrémités de laquelle sont placées deux guérites qui forment les piédestaux qui supportent deux lions exécutés en terre cuite.
Deux bâtiments, l'un à droite, l'autre à gauche, sont placés de chaque côté de la cour; leurs façades se composent de sept arcades, avec avant-corps au milieu couronné d'un fronton circulaire; au-dessus sont de mansardes. C'est bâtiments sont, l'un et l'autre, destinés, dans le rez-de-chaussée, aux écuries et remises et à différents logements pour des officiers et domestiques de la maison et au dessus à des greniers. Les dessous de ces bâtiments sont distribués pour des boulangeries, fournil, cuisine, logements des valets, buanderies, ect..., avec des basses-cours qui leur servent de dégagements et qui, bien que séparées les unes aux autres, ont toutes entre elles des communications commodes et indépendantes de la cour principale par un chemin couvert pratiqué sous cette cour.La principale cour est terminée par une terrasse fermée d'une balustrade en pierre et qui réunit deux grands jardins placés de chaque côté du château. C'est de cette terrasse où l'on monte de la cour par un perron de sept marches que l'on accédé au château.

Château de Ligones
16/03/10